Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Architecture

LICENCE EN ARCHITECTURE

img-archi.jpg

Apprendre à construire et améliorer l’environnement bâti dans le respect des usages et des lieux.

L'enseignement dans cette filière à IPP vise l'acquisition progressive d'une culture architecturale solide et d'un savoir-faire professionnel liés aux activités de conception de projets de construction, d'assistance à la maîtrise d'ouvrage, de communication et de gestion/management qui constituent le soubassement des métiers de l'architecture et de l'urbanisme.

Dans le continent africain, une très large partie du territoire s’urbanise et se construit encore sans l’intervention directe des spécialistes du secteur de l’aménagement et de la construction. Par ailleurs, lorsque les architectes, les ingénieurs ou techniciens interviennent, leurs pratiques sont souvent loin de s’inscrire dans un cercle vertueux : ils agissent en dépit de la législation en vigueur et suivent des logiques immobilières de court terme, régies par les principes de la spéculation et de la rentabilité. Et même les effets positifs de quelques projets exemplaires sont affaiblis, voire annulés par la densification et la verticalisation excessives sans infrastructures d’accompagnement et sans attention aucune aux aspects environnementaux.

L’observation des dynamiques en cours et de leurs conséquences, aussi bien dans la capitale du Sénégal que dans d’autres métropoles et grandes villes du continent au fil de la dernière décennie, nous conduit à redoubler nos efforts pour offrir un enseignement de qualité et engagé dans le domaine de l’architecture et ce, à toutes les échelles, de l’objet au territoire, et multiplier les initiatives ouvertes à tout public, afin de susciter ou renforcer les bonnes pratiques.

L’IPP est avant tout ancré à la région métropolitaine de Dakar qui est son principal terrain d’étude et d’expérimentation de techniques et de procédés constructifs innovants. Néanmoins, au vu de sa dimension internationale, il a pour vocation à s’étendre sur les différentes grandes régions du continent.

L’IPP a pour ambition de former des techniciens attentifs aux complexités du réel urbain. La Section Architecture propose un ensemble de cursus de formations aux pratiques architecturales et urbanistiques dans les villes contemporaines en accordant une importance particulière à l’articulation de celles-ci avec l’art ainsi que les sciences humaines et sociales. Le dispositif de formation que l’IPP propose met en lumière la dimension humaine de la ville, trop souvent négligée dans les formations classiques et dans la réalité des processus de production de l’urbain. En effet, le plus souvent structurées par des logiques verticales du pouvoir, elles laissent peu ou pas de place à la compétence des habitants dans la production de leurs environnements de vie. Face aux défis majeurs de l’évolution actuelle des villes, il est nécessaire et urgent de revoir les manières de faire et gérer la ville. Dans ce but, l’IPP développe une offre de formation capable de fournir une alternative ou de contribuer à la construire. Son offre vise à rendre sensibles les professionnels de demain à cette dimension humaine et horizontale du processus de projet et à rééquilibrer les dynamiques de fabrication de l’urbain, en leur apprenant à intervenir à toutes les échelles et à les croiser.

               L’IPP cherche à impulser des processus de conception visant à faire du projet architectural et urbain de manière plus participative, plus attentive aux dimensions subjectives et esthétiques, à la théâtralité, à la dimension commune, ordinaire de l’espace, aux écologies sociales de l’habiter. Des formations ad hoc, des cycles de conférences et la création d’un laboratoire qui sera bientôt associé à une équipe de recherche internationale, à une école doctorale et à un centre de documentation de référence dans le domaine de l’habitat, des matériaux et savoir-faire locaux et du patrimoine feront de l’IPP un lieu de réflexion, générateur d’autres manières de voir et d’agir.

               Le bilan dressé des premières dix années d’existence de l’IPP nous conduit à baser l’offre pédagogique du prochain quinquennal davantage sur la mise en situation des étudiants dans le cadre de projets collectifs inter-année et inter-option. Dans une approche pédagogique singulière où la pratique structure la théorie, il accorde une importance capitale à la professionnalisation des étudiants.

 

Objectifs de la formation de Licence

1.           La formation permet d’acquérir des compétences techniques spécifiques et des connaissances pluridisciplinaires sur les processus de fabrication de l’urbain. La capacité à combiner plusieurs points de vue est essentielle pour intégrer le milieu des entreprises, des institutions et des agences de développement urbain au sens large, en intervenant dans le cadre d’équipes pluridisciplinaires chargées de projets de différente nature dans les villes.

2.           La formation initiale de Licence permet d’acquérir des connaissances spécifiques en matière de participation. Parmi les questions abordées : comment produire la ville avec les gens ; selon quelles modalités bâtir, organiser et aménager en concertation, de l’unité architecturale à l’échelle du territoire. Par une approche sensible, elle permet d’appréhender une « méthodologie de la participation » dans une pluralité de contextes et d’échelles (habitat, quartier, espace public, etc.). Enfin, la maîtrise d’outils développera également la capacité à mettre en œuvre des processus participatifs impliquant tous les acteurs concernés par un projet.

3.           La formation propose une reformulation des cadres esthétiques et des dispositifs de production de sens de la matière urbaine en passant aussi par les pratiques artistiques permettant le développement d’un point de vue articulé d’auteur. Les professionnels que l’IPP forme seront aptes à porter ou à accompagner les processus de projets architecturaux et urbains participatifs auprès d’institutions publiques ou d’organismes privés. D’autres pourront porter des projets personnels ou au sein d’équipes pluridisciplinaires dans une grande variété de contextes, de l’entreprise à la collectivité territoriale ou encore dans le milieu associatif...

 

PRÉ-REQUIS POUR LA LICENCE EN ARCHITECTURE

Le profil requis pour rentrer dans la formation suppose, en plus des prés-requis des séries de Bac visées (Toutes les séries), des prédispositions à l’imagination créatrice.

 Aimer la géométrie,  les arts. Aimer dessiner, jouer avec les formes et créer à partir de celles-ci. Aimer analyser et résoudre des problèmes, et prendre des responsabilités. Se préoccuper de la société et de l’environnement. Avoir un sens critique et esthétique développé. Avoir des aptitudes pour l’organisation spatiale et picturale. Faire preuve de curiosité intellectuelle et posséder une bonne culture générale. Faire preuve d’autonomie et d’initiative. Avoir de l’habileté en informatique.

Aussi, au stade préliminaire de la formation l’une des premières tâches consiste à privilégier l’initiation aux techniques de résolution de problèmes.

COMPETENCES ET DEBOUCHES

L’étudiant ayant obtenu le grade de licence en architecture présente d’excellentes aptitudes en dessin et en conception ; il est en mesure de :

  • élaborer des conceptions architecturales, à la main ou par conception assistée par ordinateur (CAO) ;
  • observer les règlements du bâtiment et autres prescriptions juridiques ;
  • déterminer les coûts et les matériaux requis à partir des dessins de conception et des directives ;
  • construire les maquettes architecturales et les plans masses de présentation ainsi que les modèles virtuels, en trois dimensions, des dessins architecturaux;
  • préparer les contrats et les documents de soumission ;
  • superviser des projets de construction et de coordonner, surveiller et inspecter des travaux de construction.
  • faire preuve de précision et d'attention aux détails ;
  • faire preuve d’aptitudes en communication interpersonnelle et en organisation ;
  • développer des aptitudes réelles au leadership.

Les titulaires de la licence professionnelle en architecture ont vocation à être employés par des agences d'architecture, d'urbanisme, d'architecture intérieure ou de design, des bureaux d'études et d'ingénierie, des entreprises du bâtiment et des travaux publics, des sociétés d'aménagement à des postes de techniciens supérieurs/concepteurs.



MASTER EN ARCHITECTURE

mast-arc.jpg

Ce master offre aux participants une formation qui permet d'explorer en profondeur les théories et les pratiques de l’architecture pour les placer au cœur des enjeux contemporains de ce domaine d’activité et à ses perspectives multiples

OPTION « PATRIMOINES VECUS »

Dans cette période de l’histoire urbaine, le projet se confronte aux problématiques de sites de plus en plus denses et complexes. « Bâtir la ville sur la ville », reconfigurer les espaces, revitaliser, transformer, « recycler » l’existant en proposant pour celui-ci de nouveaux usages n’apparaît plus, aujourd’hui, uniquement comme une alternative parmi d’autres mais une nécessité.

Le parcours « Patrimoines vécus » a pour objectif de former des professionnels capables d’intervenir dans la conservation et restauration du patrimoine architectural et urbain, de développer des savoirs et des pratiques de conception de projet où l’étude de l’existant et de son histoire est un préalable indispensable. Ces compétences comportent une connaissance fine du milieu, raison pour laquelle les sciences humaines et sociales jouent un rôle important dans la formation, avec une attention particulière aux questions de mémoire et d’identité conviées au débat sur les processus de patrimonialisation. Dans des contextes en forte mutation, dans des « villes en train de se (re)faire », la réflexion sur ce qu’on garde du passé et ce qui sera le patrimoine de demain devient centrale dans la fabrication de l’espace habité et, encore plus, dans la démarche de l’expert en patrimoine.

Aussi, la mise au point de méthodes d’implication de tous les acteurs dans toutes les phases de projet s’avère désormais nécessaire : réfléchir sur les pratiques et les usages, avant et en même temps que l’on travaille sur la matière et les volumes qui les accueillent, permet aux communautés d’identifier ou consolider des valeurs communes autour de leur patrimoine et ouvre la voie à des synergies enrichissantes entre conservation et développement. Dans ce cadre, les pratiques artistiques interrogent la ville, son patrimoine et les manières de les produire, elles les réinventent et remodèlent. Elles peuvent, ceci est notre conviction, intervenir dans la renégociation des rapports entre les dimensions du corps et de l’urbain, et rétablir ou redéfinir l’harmonie qui semble perdue dans les grandes villes où la spéculation foncière ne joue plus en faveur de sa dimension humaine. Leurs méthodologies singulières et plurielles viennent enrichir l’approche patrimoniale, pas comme un complément mais comme élément à part entière de sa valorisation et, plus, de sa persistance.

 

La figure du professionnel expert en conservation et restauration proposée par l’IPP souhaite développer des synthèses efficaces des disciplines historico-humanistiques et scientifiques en réfléchissant sur les aspects et les contenus les plus innovants de la contemporanéité, tout en les accordant avec les éléments du patrimoine ancien et moderne. Ce professionnel s’intéresse aux savoir-faire locaux, aux matériaux et aux systèmes constructifs. La connaissance de ceux-ci, la gestion et la conservation du bâti visent à concevoir des projets de requalification ou de transformation compatibles avec l’existant et où l’approche bioclimatique fait partie du modus operandi.

 

Le cursus « Patrimoines vécus » prévoit des enseignements comprenant quatre pôles : Pôle Projet ; Pôle Matériaux et techniques de construction et conservation/restauration ; Pôle Histoire et Sciences de l’homme ; Pôle Méthodes et approches.

Tous les étudiants participent à l’atelier de démarrage et au projet collectif de fin d’année. Ils développent une dimension personnelle au sein des ateliers dans le cadre du projet collectif auquel prennent part également les étudiants de licence.

En fonction des opportunités, chaque étudiant consacrera une période d’un mois minimum à un stage dans un contexte professionnel.

Les échanges inter-écoles ou inter-universités sont favorisés par les réseaux établis par l’IPP et ses partenaires.

Les séminaires thématiques avec des intervenants extérieurs seront alternés à des séminaires internes avec un dispositif collectif de suivi des recherches et des projets des étudiants.

 

 

Pôle projet

Atelier de démarrage

Composition et restauration architecturale - Projet 1 (en partenariat avec l’ENSAPLV) ; Projet 2

Relevé architectural et urbain

Techniques de construction et de restauration

Consolidation des structures

Economie du projet

 

Workshop de projet urbain (Atelier collectif : L3 / M1)

 

Pôle Matériaux et techniques de construction et conservation/restauration

Savoir-faire locaux

Technologie des matériaux

Systèmes constructifs : matériaux et techniques

Statique des constructions

Réseaux

 

Pôle Histoire et Sciences de l’homme

Histoire de l’architecture et de la ville en Afrique

Histoire et critique de l’architecture du XXème siècle

Histoire du patrimoine : théories et pratiques

Muséographie

Tutelle des patrimoines : politiques et débats

Législation des biens culturels

Acteurs du patrimoine, organismes et institutions publiques et privés

Anthropologie du patrimoine

Langues

 

Pôle Méthodes et approches

Méthodes d’enquête de terrain

Recherche documentaire

Approche globale à la transformation du bâti et du territoire

Informatique et représentation graphique

Communication audio-visuelle

Décrire et argumenter le projet

ALUMNI

IPP sur les réseaux sociaux