Bienvenue

Mot de Bienvenue

Chaque crise revêt deux aspects : une dépréciation tangible ou émotionnelle, mais également des opportunités nouvelles, en tous cas, jusque là non perçues.

Ce nouveau coronavirus à clairement indiqué à l’Afrique le chemin à suivre. Il n’a pas varié d’un iota dès lors qu’il fut indiqué par nos valeureux résistants à la colonisation (Chaka Zulu, Almamy Samory Touré, El Hadji Omar Tall, Béhanzin, …) et par les conquérants de nos indépendances politiques (Lumumba, Nyobe, le négus Haïlé Sélassié…). C’est le chemin de l’autonomie et de l’autosuffisance.

De nombreux défis restent à relever en Afrique, chaque génération assurant sa part de responsabilité. Un des défis de l’heure demeure certainement la problématique soulevée par l’urbanisation rapide de l’Afrique. La population africaine a été multipliée par quatre entre 1950 et 2004, concomitamment l’Afrique connait la croissance urbaine la plus rapide au monde. Par exemple, la Conakry concentre 75% de la population urbaine guinéenne, Abidjan concentre 45% de la population ivoirienne.

l’horizon de 2050, les villes africaines devraient habiter 950 millions d’habitants supplémentaires et le continent comptera alors 2,4 milliards d’habitants, soit le double de la population d’aujourd’hui.

Ce phénomène sans précédent dans l’histoire de l’humanité appelle des réponses scientifiques et durables.

IPP pour sa part répond à ce défi en formant des Architectes et Ingénieurs qui soient en mesure de participer à la transformation des cités africaines. Ces cités sont demanderesse de logements économiquement acceptables et écologiquement viables, des systèmes d’assainissements intelligents, des écoles, des marchés, des hôpitaux et des ouvrages d’art maîtrisés. C’est de ces réponses que dépendront la stabilité sociétale de nos cités et de nos états-nations. Nos impétrants déjà formés et diplômés ici laissent entrevoir une espérance immense. Ils déploient avec bonheur leurs talents et leur ingéniosité dans divers chantiers et projets partout en Afrique, de Dakar à Djibouti, d’Abidjan à N’Djamena en passant par Lomé et Libreville.

Le besoin en logement et infrastructure en Afrique est immense, il dépasse les 10 000 milliards de USD pour l’horizon 2040, d’où la bousculade des firmes turques, chinoises, européennes…

Dans cette nouvelle ère, les jeunes africains ont leur mot à dire ou alors des lettres d’or à écrire. L’espérance des pères fondateurs reposent désormais sur leurs frêles épaules, mais nous savons que leurs rêves sont sains et immenses pour leur Afrique.


Administrateur Général